Forum de la Mairie de BRIGNOLES



 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Codex III de Provence - 3 janvier 1455

Aller en bas 
AuteurMessage
Ingeburge

avatar

Nombre de messages : 324
Localisation : Brignoles
Date d'inscription : 17/05/2006

MessageSujet: Codex III de Provence - 3 janvier 1455   Mer 3 Jan - 22:08

Le nouveau Codex de Provence entre en vigueur dès aujourd'hui, 3 janvier 1455 et abroge de fait celui du 14 septembre 1454.

Citation :








CODEX III DE PROVENCE








Livre I - De Justicia

Article I - De la Prevoté

Article I-1: Organisation de la prevoté

Article I-1.1: Les forces de police comtales sont organisées comme suit:
Comte > Prevot > Lieutenants (un par ville) > Sergents (trois par ville, affectés au marché de l'emploi, marché des denrées, et aux flux humains)

Article I-1.2: Chaque membre de ces forces est nommé et est revocable par son superieur hierarchique direct, de qui il recoit ses ordres.

Article I-1.3: L'ensemble des forces de police comtale a accès aux casiers judiciaires comtaux

Article I-2: Devoirs de la prevoté

Article I-2.1: Seules les affaires courantes (prevention des revoltes, recherche d'individus, surveillance des crimes economiques) pourront etre traités par les Sergents; qui devront envoyer un rapport quotidien à leur lieutenant.

Article I-2.2: Toutes les affaires pourront etre traités par les Lieutenants, qui devront envoyer un rapport hebdomadaire au prevot.

Article I-2.3: Dans les affaires économiques, telles que définies en livre II, la conciliation amiable sera obligatoirement entreprise par les forces de police comtale avant que toute action juridique ne soit menée

Article I-2.4: L'integration au sein des forces de l'Ordre est interdite à toute personne qui a fait l'objet d'une condamnation été inscrite au casier judiciaire au cours des quatre derniers mois.
A des fins preventives, tout officier sera suspendu de ses fonctions en cas de plainte déposée à son encontre. Il sera exclu des forces de l'ordre en cas de condamnation.

Article I-3: Remunerations des forces de l'Ordre

Article I-3.1: Les forces de police disposent de denrées à prix préferentiel, selon les disponibilités comtales, dans la limite de trois denrées mensuelles par lieutenant, et deux denrées mensuelles par sergent.

Article I-3.2: Les denrées concernés sont le pain, la viande, le poisson, le lait, les fruits, et les légumes. La viande et le poisson comptent pour deux denrées lors de la distribution.

Article I-3.3: Le Prevot a autorité, dans la limite d'une valeur de 1000 ecus pour un commissariat ou 450 ecus pour un officier, a délivrer une prime d'exception à un homme ou une equipe municipale. Cette prime doit revetir un caractère exceptionnel, ce qui délivre au CaC un droit de veto sur son attribution.


Article II - de la Justice

Article II-1: Ouverture d'un procès

Article II-1.1: Le dépôt de plainte est réservé à la victime, son avocat, et les garants de la sécurité provencale dans les secteurs concernés.
Les temoignages de temoins et/ou de diplomates ne pourront etre envisagés que si les circonstances l'exigent.
Le silence devant les violations de la loi est considéré comme de la trahison, et justiciable en tant que tel. En de telles circonstances, il est un devoir de se manifester auprès des forces de la prévoté.

Article II-1.2: Une fois une plainte déposée, le prevot ou le lieutenant se devra d'ecouter les temoignages présentés, et d'etudier les preuves déposées, afin de juger de la recevabilité de la plainte.
Tout témoignage verbal d'un témoin constitue un serment engageant son honneur et sera donc traité comme tel.
Afin que l'origine ne puisse en être contestée, seules les missives transmises par un coursier assermenté par le comté [HRP: courrier IG], ainsi que les messages publiés en affichage public des gargottes ou des halles pourront être considérés comme preuves.
Tout faux témoignage ou publication de preuves truquées ou frauduleuses sera considéré comme de la trahison et susceptible d'etre jugé comme tel.

Article II-1.3: Les municipalités ont toute autorité pour ouvrir les procès correspondant au non-respect de leurs arrêtés municipaux, ou au viol de toute loi comtale ayant eu lieu sur son sol et menaçant l'intégrité de la commune.
Dans le cas particulier du viol des arrêtés municipaux, seule la procédure municipale pourra conduire à un procès.

Article II-1.4: Les plaintes sont déposées en lieu approprié (le secretariat des plaintes d'Aix pour les affaires comtales, le bureau de police pour les affaires municipales), et l'autorité policière associée juge de sa recevabilité, après une eventuelle enquête. En cas de recevabilité, le procureur (affaires comtales) ou le maire (affaires municipales) est alors chargé de lancer le procès.

Article II-1.5: Dans le cas où l'accusé fuirait la Provence lors de l'instruction de son procès, la justice provencale transmettra le dossier auprès de la justice du dernier lieu de résidence connu de l'accusé, si les traités judiciaires passés avec cette province le permettent. Dans le cas contraire, la justice provencale se réserve le droit de juger l'accusé par contumace.

Article II-2: Déroulement d'un procès

Article II-2.1: Lors d'un procès, chaque partie peut faire appel à deux temoins, qui devront se trouver en Provence lors du procès, ou passer par l'ambassade du comté où ils se trouvent. Le crédit apporté à un temoin est laissé à libre appreciation du juge

Article II-2.2: Toute personne pourra recevoir les conseils d'un conseiller juridique, qui ne pourra le representer directement lors des diverses etapes de la procédure judiciaire que s'il est assermenté par le barreau de Provence. Le dedomagement des honoraires des avocats pourront etre réclamés lors d'un procès.

Article II-2.3: Après la mise en accusation, la défense dispose de deux possibilités de plaider sa cause, séparées par le réquisitoire de l'accusation. Sauf suspencion d'audience délivrée par le juge, chaque partie dispose de deux jours ouvrables pour s'exprimer. La coopération de l'accusé dans la bonne tenue du procès et l'acceptation des faits sera obligatoirement reconnue par le juge qui tempèrera alors son jugement.

Article II-3: des Peines encourues

Article II-3.1: La justice provencale reconnaît comme peine lourde l'emprisonnement et la peine de mort. Prononcées avec parcimonie, elles doivent faire état du caractère odieux de l'acte jugé ou de l'attitude de l'accusé. Toute personne condamnée à une peine lourde se verra interdire l'accès à toute fonction officielle en Provence pour une durée de trois mois.

Article II-3.2: Le bannissement est l'interdiction formelle de résider ou de circuler au sein d'un périmètre précis, durant une certaine période, d'au minimum un mois. Le bannissement peut concerner le comté, une municipalité ou un territoire sous souveraineté nobiliaire; et expose le condamné à des contrôles frequents de la part de la marechaussée.

Article II-3.3: Le montant d'une amende ne peut excéder la valeur des possessions de l'accusé, soit la somme d'argent détenue par ce dernier, augmentée de 460 écus par champ et appartement possédé.

Article II-3.4: Dans le cas de bannissements, excuses publiques, peines de travaux d'intérêt général, dédommagements, inéligibilités et certaines peines d'amendes, il est laissé à l'accusé le soin de les appliquer.
Sauf indication contraire précisée par le juge, l'accusé dispose de huit jours pour s'aquitter de sa peine.
Il doit contacter par lui-même le responsable economique concerné en cas d'amende, et/ou envoyer au prévot certificat de sa bonne foi; sous peine d'etre poursuivi pour trahison.

Article II-4: du Respect de la justice

Article II-4.1: Les plaintes abusives ou infondées, les interventions non autorisées en salle des plaintes, l'entrave à la bonne execution des peines, et la publication de faux documents ou faux temoignages sera considéré comme entrave à la justice.
Devant une affaire d'entrave à la justice, les représentants du système judiciaire, Barreau de Provence compris, et policier, pourront demander ouverture d'un procès pour trahison, qui pourra entrainer une peine maximale de 150 écus, huit jours de travaux d'intérêt général et deux jours de prison

Article II-4.2: La récidive est une circonstance aggravante pouvant être retenue si un accusé déjà condamné par le passé est reconnu coupable.
La recidive ne pourra etre retenu que si les deux condamnations relèvent du meme chef d'inculpation, ont été toutes deux prononcées par la justice provencale, et sont éloignées au maximum de quatre mois.

Article II-4.3: Les peines de sursis prononcées par un tribunal de Provence sont susceptibles de s'appliquer même si les deux affaires ont des chefs d'inculpation différents et si la récidive n'est pas retenue.
Dans le cas où la recidive serait retenue, Indépendamment des peines prononcées pour l'acte jugé et des éventuelles peines de sursis à appliquer, il pourra être appliqué une peine, qui ne pourra exceder 10ecus d'amende, 3 jours de travaux d'interet generaux et un jour de prison.

Article II-4.4: Les actes de trahison, haute trahison, trouble à l'ordre public et brigandage possèdent un statut particulier devant la récidive.
Pour de tels actes, la recidive pourra etre retenue même si:
-les chefs d'inculpation diffèrent
-la première condamnation a été effectuée par une cour disposant au moment du jugement premier d'un traité de coopération judiciaire avec le comté de Provence
-les deux condamnations sont éloignées de six mois au maximum.
La peine maximale prévue par l'article II-4.3 pour l'acte de recidive pourra etre augmentée de 90 ecus d'amende, 5 jours de travaux d'interets generaux et 4 jours de prison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingeburge

avatar

Nombre de messages : 324
Localisation : Brignoles
Date d'inscription : 17/05/2006

MessageSujet: Re: Codex III de Provence - 3 janvier 1455   Mer 3 Jan - 22:11

Citation :


Livre II - De Economica

Article I- du Délit d'Escroquerie

Article I-1. L'escroquerie caracterise le non respect ou l'exploitation de toute grille tarifaire, decret economique et programme muncicipal, à des fins pecunières.
La speculation et le marchandage sauvage entrent clairement dans la définition de l'escroquerie.

Article I-2. Toute personne est autorisée à commercer en provence, dans les limites de nombre et de valeur définies comme suit:

Toute personne souhaitant commercer au delà de ces maximas devra obtenir une autorisation du CaC ou du maire, precisant les conditions de la derogation.

Article I-3. La peine minimale pour escroquerie est d'un écu d'amende, et du dedommagement à hauteur du préjudice.
Cette peine pourra etre incrementée, au maximum, de 800 ecus d'amende, 5 jours de prison, 5 jours de travaux d'interet general, et d'un bannissement ne pouvant exceder 2 mois à l'echelle comtale, et 6 à l'echelle municipale.


Article II- du Délit d'Esclavagisme

Article II-1. L'esclavagisme correspond en l'embauche effective d'une personne dont la meconnaissance des lois en vigueur pourra etre soupconnée, pour des travaux associés au monde agricole.
Les embauches minières, ecclesiastiques ou militaires ne sont donc pas concernées par l'esclavagisme

Article II-2. La peine minimale pour un accusé reconnu coupable d'esclavagisme est de un écu d'amende, assorti d'un dédommagement de la victime, à hauteur du préjudice causé. Cette peine pourra etre incrementée, au maximum, de 50 ecus d'amende, 5 jours de travaux d'interet general, et un bannissement de la commune pour une durée maximale de 4 semaines.

Article III- de la Procédure dans les délits economiques

Article III-1 Toute affaire d'esclavagisme ou d'escroquerie doit mener à une tentative de conciliation, dont le sergent affecté à l'affaire sera garant du bon déroulement et de la bonne application

Article III-2 En cas d'echec des negociations, le lieutenant de la prevoté doit déposer plainte au lieu adapté, suivant le livre I du present codex. L'avocat de la victime est egalement habilité à deposer plainte

Article III-3 En cas d'ouverture de procès, le sergent ayant instruit l'affaire, ainsi que la victime supposée devront venir temoigner auprès de la cour de justice d'Aix.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingeburge

avatar

Nombre de messages : 324
Localisation : Brignoles
Date d'inscription : 17/05/2006

MessageSujet: Re: Codex III de Provence - 3 janvier 1455   Mer 3 Jan - 22:11

Citation :


Livre III - De Honora

Article I - du crime organisé

Article I-1: du Brigandage

Article I-1.1: La justice provencale se reconnaît compétente à juger tout acte de brigandage, ayant ou non abouti, commis sur ses terres ou envers l'un de ses ressortissants et n'ayant été jugé par aucune cour de justice en ayant l'autorité.
Il sera demandé aux ressortissants non-provencaux de fournir preuve de leur localisation sur les terres comtales afin que la justice provencale puisse se declarer compétente à juger l'affaire, qui sera traitée pour trouble à l'ordre public.

Article I-1.2: Il est vivement recommandé aux personnes prenant la route de certifier leur inventaire. L'absence de ce certificat entraînera l'absence de tout dédommagement en cas de vol de marchandises. Cette preuve ne pourra être apportée que par la victime, même si les preuves des ventes réalisées lors des 48h précédant l'attaque pourront être considérées comme recevables.

Article I-1.3: Soucieuse de contrer toute plainte abusive ou diffamatoire, la justice provencale demande à la victime de justifier d'une connaissance préalable de l'accusé afin de pouvoir l'identifer.
De manière non exhaustive, le passé d'homme public, l'inscription à un casier judiciaire ou militaire, ou encore l'attestation de résidence commune pourront suffire à identifier formellement le brigand et ouvrir un procès.
Sans telle preuve, seul un signalement pourra etre déposé dans les divers commissariats du comté, et l'identification pourra etre réalisée à posteriori par reconnaissance du portrait robot de l'accusé.
De manière non exhaustive, la reconnaissance en taverne ou sur un marché, ou encore l'inscription de l'accusé à un casier quelconque pourra etre suffisant à identifier formellement un accusé et ouvrir un procès à son encontre. Les recherches menées par la prévotés ne pourront cependant pas dépasser un délai de 7 semaines, date à laquelle le dossier est clos.

Article I-1.4: La victime devra faire connaître avant le verdict les dates de sa présence sur le sol provençal. Un dédommagement ne pourra être assuré par le comté que lors des trente jours suivant le verdict. Au delà de cette date, la victime perd tout droit de dédommagement.

Article I-1.5: La peine minimale pour brigandage est de 1 écu d'amende, assorti d'un dédommagement de la victime à hauteur du préjudice causé.
la peine maximale pour brigandage ne pourra exceder 500ecus d'amende, 7 jours de travaux d'interet general et 10 jours de prison; bien qu'un bannissement (pour une durée determinée ou non) du comté puisse etre prononcée en supplement de toute peine.

Article I-2: du complot

Article I-2.1: Toute personne tentant de destabiliser une mairie en organisant une révolte, menée ou non à terme, sans l'aval du conseil comtal, est susceptible d'etre mise en accusation au motif de trouble à l'ordre public.

Article I-2.2: Dans le cas où une révolte réussirait, il est du devoir:
-du procureur de lancer, sans enquete préalable de la prévoté ni dépot de plainte en salle appropriée, un procès à l'encontre du meneur, dans les plus brefs délais (moins de 24h)
-du maire déchu de fournir à la prévoté un certificat récent de l'inventaire municipal, afin de constater le pillage.
-du meneur de la révolte de demissionner dans les plus brefs délais, sans piller la mairie, et en fournissant à la prévoté une liste des personnes l'ayant assistés dans sa tache.
-du conseil comtal d'organiser une contre révolte avec l'aide du maire déchu.
Le manquement au devoir en cas de révolte de la part d'un élu peut mener à un procès pour trahison, tel que definit à l'article III du présent livre. il sera considéré comme circonstance aggravante de la part de l'accusé.

Article I-2.3 La peine minimale pour une organisation ou une partitipation à une révolte non autorisée est de 1 écu d'amende, du dédommagement de la ville (en cas de pillage) et deux jours de prison.
Une peine supplementaire allant jusqu'à 800ecus d'amende et 8jours de prison pourra etre prononcée, ainsi qu'un banissement (pour une durée déterminée ou non) de la ville ou du comté.

Article I-2.4 Tout acte de complot ou d'espionnage (organisation d'une entreprise de brigandage, destabilisation politique, financière ou militaire, divulgation d'informations, ou tout autre acte pouvant etre qualifié comme tel) peut entrainer à l'encontre du ou des protagonistes un procès pour haute trahison.
Devant le caractère exceptionnel des actes concernés, le procureur est à meme d'ouvrir un procès sans enquete préalable du prévot, et suite à la plainte de n'importe quel citoyen provenval (juge, comte ou procureur compris).
Ce procès pourra se tenir à huis clos, et le jugement etre rendu par un collège comprenant le juge, le comte, et les responsables des secteurs concernés (prévoté, chancellerie, conseil au commerce, armée).

Article II - du crime individuel

Article II-1: du respect de l'individu

Article II-1.1: Les menaces, insultes, quolibets et soufflets abusifs, la diffamation, le dénigrement et tout autre acte visant à rabaisser de manière éhontée la réputation d'un personnage, public ou non sont des actes qui seront considérés comme des indecences verbales.
La notification d'une indecence verbale pourra donner lieu à une main courante, ou à un dépot de plainte pour trouble à l'ordre public, s'il en subsiste des preuves tel que définit article II-1 du livre I du présent codex.

Article II-1.2: Les coups, griffures et utilisation de projectiles, réalisés ou non à l'aide d'armes ou d'objets contondants, la séquestration abusive, ainsi que toute atténuation de la liberté de mouvement ou encore les débordements abusifs d'affection ou de passion, dûment refusés par leur destinataire, du baiser forcé à l'agression sexuelle sont des actes qui seront considérés comme des troubles à l'ordre public.

Article II-1.3 La participation à un duel, une joute, un match de soule ou tout autre événement pouvant revêtir un caractère violent engage la volonté et la conscience du participant, qui ne pourra pas porter plainte pour les eventuelles violences subies

Article II-1.4: Les représentants du clergé aristotélicien, les nobles et conseillers comtaux en exercice, quelle que soit leur nationalité, ainsi que les élus provencaux ou les ministeriaux membres des hautes institutions ayant autorité en Provence, durant l'exercice de leurs fonctions sont considérés comme personne à caractère respectable.
Tout acte commis par ou à l'encontre d'une personne à caractère respectable seras considéré comme une circonstance aggravante.

Article II-1.5: La peine minimale pour indecence verbale est de 1 ecu d'amende et des excuses publiques. une peine, ne depassant pas 5 jours de travaux d'interet general et 150ecus d'amende pourra etre prononcée.
La peine minimale pour agression physique est de 1 jour de prison et des excuses publiques, à laquelle pourra s'ajouter au maximum 250 écus d'amende, 8 jours de travaux d'intérêt général, 5 jours de prison, et un bannissement à vie, du comté ou de la ville.
Des peines d'eloignement, d'interdiction de taverne, ou encore de dommages et interets pourront etre prononcés si les circonstances l'exigent.

Article II-2: du respect des valeurs Aristoteliciennes et de la noblesse

Article II-2.1: La justice provencale se doit de faire respecter le concordat aristotelicien en vigueur, et a donc toute autorité pour faire exécuter une sentence de l'inquisition ou transmettre une plainte auprès de cette institution, selon les termes du concordat.
En particulier, le tribunal de l'inquisition a toute autorité a faire respecter, en terres provencales, tout texte ou decret publié par la curie et ne s'opposant pas au concordat en vigueur.

Article II-2.2: La justice provençale se reconnaît apte à juger les actes de sorcellerie ou considérés comme tels (ubiquité, possessions par le démon, ...), tant que cela n'interfère pas avec le concordat en vigueur.

Article II-2.3: Tout blasphème et insulte anti-cléricale, notamment outrageant la Divinité, offensant les Hautes et Saintes Autorités du Vatican, constitue une circonstance hautement aggravante, passible d'une majoration de peine pouvant aller jusque 90 ecus d'amende, 8 jours de travaux d'interet general, 8 jours de penitence, et 3 jours de prison.
Tout regroupement visant à fonder ou à propager l'hérésie sera considéré comme complot sur les terres de Provence et sera jugé comme tel; l'heresie en elle-même sera jugée par le tribunal inquisitorial.

Article II-2.4: Article II-2.4: Soucieux de montrer le respect et la soumission dûe à une personne issue de la noblesse ou du clergé provencal, les membres du tiers état devront adopter un comportement adapté en public, lors des contacts qu'ils pourraient avoir avec des representants des ordres dits superieurs sous peine d'un procès pour trouble à l'ordre public.

Article II-2.5 Toute incitation au reniement du comte ou du conseil en exercice, et toute incitation à l'heterodoxie pourra etre définie comme Haute trahison suivant l'article I-2.4 du livre III du présent codex


Article III - du respect de sa charge

Article III-1: des élus

Article III-1.1: Nul élu ne dispose de la moindre immunité vis à vis de la loi. Il doit en particulier respecter les decisions du conseil comtal et la charte de l'institution à laquelle il appartient, obtenir un accord du comte pour pouvoir quitter sa charge en cours de mandat, et repondre rapidement à toute requête de ses administrés.

Article III-1.2: Tout élu accusé de mauvaise gestion, viol de loi ou tout autre motif d'insatisfaction majeure peut voir déposer à son encontre, au sein du conseil comtal ou au bureaux des doléances, une demande d'analyse de son cas. Cette requete pourra etre considérée comme diffamante si elle n'est pas duement explicitée.
Le conseil comtal dispose de 48h pour emettre un avis sur la doléance, et, le cas echeant, prendre des sanctions et ouvrir un procès.

Article III-2: des tenues de tavernes

Article III-2.1: La possession d'une taverne et le droit d'y servir boissons et repas est réservée aux résidents de la ville où est située la taverne.

Article III-2.2: Le propriétaire d'une taverne doit s'acquitter de ses taxes, et disposer d'un contrat de travail le liant à son tavernier, le cas échéant.

Article III-2.3: Le tavernier est au service de sa clientèle: il doit user avec parcimonie des restrictions d'accès à sa taverne, et ne peut proposer de menus qui ne soient pas nourrissants, sous peine d'un procès pour escroquerie dont la peine maximale est de 200 ecus d'amende, 2 jours de prison, le dedommagement des eventuelles victimes, le bannissement de la commune pour une durée maximale de 4 mois, et l'interdiction de possession d'etablissement tavernier en Provence pour une durée maximale de 6 mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Codex III de Provence - 3 janvier 1455   

Revenir en haut Aller en bas
 
Codex III de Provence - 3 janvier 1455
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Codex mainois (29 janvier 1461)
» Les disparus du 12 janvier
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Haïti - Social : Rapatriement des haïtiens de Santiago à partir du 6 janvier
» Que s'est-il passé le 12 janvier 2010? Un ultimatum au peuple irréductible?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la Mairie de BRIGNOLES :: Entrée du château :: Annonces officielles :: Lois comtales-
Sauter vers: